Search
  • Hassatou Balde

UNE MATERNITÉ EXCISÉE


L’excision ou le corps délibérement mutilé de la femme

Nos corps de femmes sont inévitablement mis à l’épreuve dès lors qu’il y a une grossesse et un accouchement. Deux moments de vie où notre anatomie peut être modifiée, abîmée, meurtrie. Mais il y a des femmes délibérément mutilées. Un corps violenté dans sa chair et privé de ses fonctions primaires à cause de l’excision.

Selon la définition de l’OMS, l’excision est une mutilation génitale pratiquée sur des petites filles et des femmes. Elle consiste en une ablation totale ou partielle des organes génitaux externes à des fins non médicales. Acte barbare aux conséquences dramatiques, l’excision est toujours pratiquée dans de nombreux pays, soit de façon clandestine soit à la vue de tous.

Selon l’UNICEF, pas moins de 200 millions de petites filles et de femmes ont été victimes de mutilations sexuelles. Et au cours des dix prochaines années, ce sont 30 millions de filles qui risquent d’être victimes d’excision. Et si la majorité d’entre elles vivent dans 30 pays d’Afrique et du Moyen-Orient, on estime malgré tout à 5% le taux de femmes excisées vivant en Europe, dont environ 53 000 résident en France.

Un accouchement voie basse empêché par l’excision

Hassatou grandit à Boké, en Guinée, quand à l’âge de 6 ans elle subit une excision en même temps que ses grandes sœurs. Cet acte sauvage l’oblige alors à se construire avec un corps atrocement douloureux. Longtemps, elle va ignorer l’origine de sa souffrance. Ce n’est qu’une fois en France et enceinte de son premier enfant qu’elle découvre l’existence d’un vagin entièrement suturé et les conséquences de son excision sur sa vie de femme et de mère.

Hassatou, la guerrière, libère la parole

Dans ce nouvel épisode de Bliss.Stories, Hassatou nous raconte ce jour où son intimité a été mutilée. Elle nous parle de son éveil à une sexualité douloureuse, de sa grossesse à risques et de sa reconstruction physique. Cette guerrière a décidé de parler pour dénoncer, condamner et permettre à d’autres victimes de sortir de l’ignorance.

Heureusement, rien ne lui a jamais ôté le bonheur d’être mère. Plus que jamais, elle se bat pour que l’excision cesse enfin.

33 views0 comments